DEFR

UKRAINE: RÉFUGIÉS

«POURVU QUE JE PUISSE REVOIR MA FAMILLE.»

«Dès que nous avons entendu que nous étions attaqués, nous avons pris nos deux petits-enfants et leur mère et avons fui vers l’ouest de l’Ukraine.» Volodya N. (Nom modifié)

 

Plus de six millions de personnes ont traversé la frontière, pour la plupart des femmes et des enfants. Six millions et demi d’autres se trouvent à l’intérieur du pays, fuyant les bombes et les missiles. Le ministre ukrainien des Affaires étrangères a qualifié cette période de plus sombre en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale.

 

Le Réseau d’espoir a des partenaires de longue date dans l’ouest de l’Ukraine et dans deux de ses pays voisins, la Roumanie et la Moldavie. Les réfugiés dans le besoin y reçoivent de la nourriture, des vêtements chauds et un abri.

Photo: Jana Čavojská, Slovakia
Photo: Jana Čavojská, Slovakia

NOUS N’ABANDONNONS PAS L’UKRAINE!

Lancez un signal contre la violence.

Photo: AEM

Des scènes déchirantes se déroulent aux frontières. Les femmes et les enfants tentent de se mettre en sécurité, tandis que les hommes doivent rester en arrière pour se battre. Les enfants se demandent s’ils reverront leurs pères. Les mères se retrouvent seules et isolées à l’étranger.

 

Depuis le début du conflit en 2014, nos partenaires sont sur place et apportent leur aide. Avec la multiplication des troubles, l’économie s’est effondrée, les gens ont perdu leur emploi et les entreprises ont quitté le pays. La pauvreté et la faim ont augmenté de manière fulgurante. Dans l’est de l’Ukraine, le cessez-le-feu a été régulièrement violé et a fait des milliers de morts. Dix jours avant la dernière escalade, notre responsable de programme s’est rendu dans le pays et a déclaré: «La peur se fait sentir partout.»

 

 

Mise à jour octobre 2022

Alex, de Marioupol, raconte: «Dès le début de la guerre, j’ai vu ma ville natale brûler presque tous les jours. J’avais l’impression que la terre l’engloutissait. Au milieu de la zone de combats, j’ai aidé à loger les réfugiés et à distribuer de la nourriture. Il serait trop long de raconter tout ce que j’ai vécu au cours de cette période. Un jour, une roquette a touché une église proche, mais, Dieu merci, tout le monde a survécu. Après environ un mois, j’ai décidé de partir en direction de Zaporijjia. Avec un groupe de personnes, nous avons marché quarante kilomètres jusqu’à ce qu’une voiture de volontaires vienne nous chercher. Nous avons ensuite passé une vingtaine de points de contrôle avant d’arriver enfin en territoire contrôlé par les Ukrainiens. Tout le monde pleurait dans la voiture quand nous avons réalisé que nous étions en sécurité. Finalement, j’ai réussi à atteindre Lviv et j’étais heureux de savoir qu’il y avait de la nourriture et de la compassion et que j’étais temporairement en sécurité. Cela dit, mon cœur souffre pour les personnes qui sont restées derrière. Je veux rentrer chez moi et retrouver la vie qui m’a été enlevée.» 

 

Le 10 octobre 2022, la Russie a lancé de nombreux missiles sur les centres urbains ukrainiens. Plus d’informations: Les frappes russes sur les villes ukrainiennes (lindependant.fr)

 

Mise à jour mai 2022

Plusieurs équipes venues des quatre coins de l’Ukraine se sont rendues dans les villes dévastées de Boutcha et d’Irpin, près de Kiev, afin d’aider les habitants. Un bénévole raconte: «Ces deux villes sont détruites. Il n’y a pas d’électricité, pas d’eau, pas de gaz et pas de nourriture! Les gens ont faim et ne peuvent pas se laver. Des bombes et des mines jonchent les rues. Les habitations ont été pillées. C’est une terrible tragédie. Il y a des morts dans presque tous les immeubles. Nous avons apporté de l’aide en voiture et mon équipe est restée plusieurs jours sur place pour distribuer de la nourriture. Nous avons besoin d’un soutien financier pour un nouveau transport. Un voyage (diesel, nourriture et biens de première nécessité) coûte environ 1000.– francs. La guerre continue. Merci de vous joindre à nous.»

 

Mise à jour avril 2022

«L’afflux de personnes ne s’arrête pas! Nous remercions Dieu que le temps se réchauffe, car cela rend le voyage plus facile et plus sûr pour les mères fuyant avec leurs bébés. Le climat a été rude en février et mars. Merci de votre soutien!», nous écrit un partenaire à la frontière ukraino-moldave.

 

La Fondation Réseau d’espoir met actuellement à disposition trois mille trois cent trente places pour dormir dans des dortoirs chauffés pour les réfugiés en Ukraine, en Moldavie et en Roumanie et distribue chaque jour neuf mille cinq cent quarante repas. De plus, nous transportons des denrées alimentaires et d’autres biens de première nécessité dans des régions isolées et évacuons des personnes par bus vers des hébergements sûrs.

Merci de tout coeur de redonner de l’espoir aux gens.

Aidez maintenant s.v.p.!

Avec 90.– francs, vous offrez de la nourriture à une personne pendant un mois.

 

Avec 180.– francs, vous assurez le logement et la nourriture d’une personne pendant deux semaines.

 

Votre don apporte une aide directe, rapide et sans bureaucratie.

 

> Faire un don

 

Notre soutien aux personnes:

  • Des abris chauffés
  • De la nourriture et de l’eau
  • Des vêtements, des couvertures, des médicaments et d’autres articles de secours
  • Des transports en bus vers des lieux sûrs
  • Des livraisons de nourriture dans des régions isolées
Photo: Jana Čavojská

Dépliant sur la collecte

Link zum Flyer der Hoffnungsnetzsammlung Ukraine